( 28 juin, 2014 )

suite 1

suite 1      localisation%20aspach       FRALPIED008400            FRALPIED010500                                Le lendemain 8 aout alors que le 23è régiment marchait vers Mulhouse ,le 133è se dirigea vers Cernay petite ville batie dans la plaine ,au pied des derniers contreforts des vosges.L’ennemie faisait le vide devant nous et le régiment arriva à Cernay vers 17h .Il entra, musique en tete et les honneurs au drapeaux furent rendus sur la place.Il y avait une foule pour voir le défilé ,mais une foule silencieuse dont la froideur contrasté avec la chaleur de l’accueil fait dans la ville précédente .N’ayant pas vécu ,comme ces habitants, 44 ans sous le régime de la terreur instauré par la prusse ,nos soldats comprenaient mal cette réserve timorée.Quand ils durent battre en retraite ,laissant l’Alsace en lutte aux représailles ils en comprirent mieux les raisons.Les 6 et 7è compagnies allèrent prendre les avant-postes à Uffholtz et une section de la 5è fut détachée au pont d ‘Aspach pour assurer la liaison avec les troupes de droite .Nous nous établimes solidement à l’entrée du village pou parer à toute surprise.Les officiers se couchèrent aux milieux des hommes tout équipés.

Le lendemain 9 aout la matinée se passa sans incidents.Des patrouilles d’éclaireurs à cheval avaient seulement signalé l’apparition des cavaliers ennemis sur les crètes de Wattwiller.C’était dimanche.Vers 11h ,au moment ou la population ,sortant des offices emplissaient les rues ,un77 siffla sur la ville et  y éclata.En meme temps on percevait dans la direction d’Uffoltz ,des crépitements de mitrailleuses .

Nos avant-postes étaient assaillis par des forces très considérable comprenant 4 régiments de troupes actives venues dans la nuit de Strasbourg par la voie ferrée et débarqués à quelques kilomètre de Cernay.La cavalerie ennemie débouchait de Watterwiller ,tandis que l’infanterie s’avancait entre les routes de Soultz et de Colmar.Alerte ,le régiment prit ses positions de combat et se déploya en arc,en avant de Cernay.Tandis que les 6 et 7è compagnies tenaient toujours à Uffholtz des élément du 1er bataillon s’installèrent à leur gauche à Steimbach ,le 3è bataillon resta à Cernay ,occupant la gare au sud de la fabrique Schwarz au nord su village .

Le reste du régiment 2è,3è,4è et 5è compagnies alla s’établir au nord ouest de Cernay en arrière du ravin de Stimbach ,sur des pentes couverte de vignes et se mit à ébaucher les tranchées.Le combat était engagé et il fut très violent .Les allemands se faufilés dans les champs et leur uniformes se confondaient avec la couleur du blé .Ils avancaient par bonds de tirailleurs et bientot on reconnut à l’accent ,leurs cris de commandement.A12h ,l’ennemi avait ouvert le feu sur Uffholtz et allait y porter son principal effort .Les deux compagnies qui tenaient le village résistèrent  héroiquement ,ne cédant le terrain que pas à pas ,tirant sans cesse , utilisant la moindre haie ou le plus petit talus.Elles infligèrent de lourdes pertes à l’ennemi,mais dans les rangs les vides étaient comblé aussitot .Le lieutenant de la 7è compagnie recut l’ordre de se replier ,fit répondre: »La section meurt mais ne recule pas! » parole de paladin,mais parole tenue!D’un seul coup les soldats du 133è étaient entré dans l’héroisme .L’épopée de gloire était commencé e.Effectivement le lieutenant tomba mortellement blessé a l’endroit ou il avait tenu jusqu au bout .Dans la plaine le combat était général ,la bataille faisait rage,de toute part des maisons en flammes,s’élevait d’épais nuages de fumée.Vers 14h l’ennemi parvint à prendre pied dans le village d’Uffholtz ,submergeant par le nombres des défenseurs qui avaient pourtant tenus 3 heures.Le 3è bataillon qui ,jusque là, n’avait pas eu à subir un choc violent;se trouva de ce fait découvert à sa gauche.l’ennemi devint alors plus pressant .Attaqué de front ,de flanc et recevant dans le dos des coups de feu tirés par les boches en civil restés à Cernay ,le bataillon, malgré sa résistance,pied à pied ,du reculer en arrière de la ville .Ce repli avait permis aux allemands de faire avancer leurs pièces à la lisière du village .L’artillerie allemande prit d’écharpe les compagnies avancées du 1er bataillon et les contraignit à évacuer Stimbach pour reculer plus au sud

Pas de commentaires à “ suite 1 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|