( 1 juillet, 2014 )

suite3

Il faut songer à cela pour avoir une idée des qualités de sang froid et de la bravoure que venait de déployer les troupes qui voyaient le feu pour la 1ère fois .Les pertes ,sans etre très élevées,étaient sensibles.Le lieutenant B avait été mortellement blessé ;le lieutenant G tué dans un corps à corps;le lieutenant M tué d’une balle ,alors qu’au mépris de tout danger,dressant sa haute silhouette au dessus des ceps ,il fouillait le terrain le terrain à la jumelle ;le lieutenant G,ramassé par les Allemands sur le champs de bataille ,devait mourir de ses blessures après quelques jours de captivité .Des éléments avancés et le service médical du 1er bataillon avaient été fait prisonniers.Toute la nuit ,sous les ordres du docteur E qui bien que blessé n’avait pas voulu abandonner ses fonctions ,les brancardiers circulèrent sur le champs de bataille et ramenèrent les blessés .Quelques civils en transportèrent également un grand nombre et parmi eux un blessé à la cuisse l’adjudant chef R de la 2ème compagnie ,qui de son brancard commandait ,aussi correctement qu’à l’exercice un groupe d’isolés qu’il avait ralliés.Si ,de notre coté,la nuit était venue apporter une treve au combat ,il n’en été pas de meme du coté de Mulhouse ou la bataille continuait toujours .

suite3 3462003_3_9089_verdun-1916_7e67ee53615e70b038ad1c2706e8ec83

 

 

Pas de commentaires à “ suite3 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

«    »
|