• Accueil
  • > Recherche : 14 18 combats
( 5 juillet, 2014 )

suite6

Gevenheim 15aout ————————————————————-

Je continue ma lettre deux heures après dans les tranchées des avant postes et sous un abri car il pleut ,pour la 1ere fois depuis la guerre.une fois de plus je vais passer la nuit dehors .Malgré le mauvais temps les hommes sont gais.Ils viennent de me construire une cabane en feuillage dans le bois.Peut etre as tu lu dans le journal que le 23ème et le 133ème avaient été écrasés.du moins on le crois ici.Dimanche 9 nous avons du reculer le 23ème et nous (nous n’étions pas ensemble)chacun de notre coté.Nous ,nous avions 36 brigades contre nous;ils étaient dont 6 contre 1.Nous avons tenu 12 heures et nous les avons épatés.

 

Le docteur E qui s’était rendu à Thann y retrouva des bléssés du 133ème resté depuis le 9.D’ailleurs,tous l’intervalle,certains avaient pu fuir grace à la complicité des habitants qui les logés.

 

16 aout 1914

tout va toujours bien ,malgré la pluie et les nuits passées à la belle étoile.La belle étoile est une facon de parler puisque cette nuit la pluie n’a pas cessé .Les privations commencent mais nous les acceptons de bon coeur .Mes soldats comprennent qu’on ne fait pas la guerre sans souffrir.J’ai dormi cette nuit car j’ai trouvé un moyen de dormir sur de la paille mouillée,enveloppé de mon manteau . .Si rien ne vient nous déranger ,je dormirais peut etre à l’abri ,tout habillé sur un matelas.Voilà exactement 9 jours que je me suis ni deshabillé,ni déchaussé pour dormir .Impossible de faire lavé le linge.Quand je n’aurai plus rien de propre j’en achèterai si possible .

Le 18 aout l’étreinte se resserait autour de Mulhouse .Le régiment organisa à travers le bois ,jonché de dépouilles de soldats allemands ,une ligne de défense .Vers 14h nos soldats et des chasseurs du 28ème BAC avec lesquels ils étaient en liaison au sud de  wittelsheim ,abbattaient à coup de fusil un avion allemand du type aviatick .Le pilote fut tué ,l’observateur fait prisonnier.Le soir ,une partie du régiment cantonner à Cernay.Une action importante semblait se préparer,car la ville était encombrée de troupes,d’artillerie et de convois.Les habitants,qui reconnaissaient nos soldats ;les acceuillirent avec joie en leur demandant des nouvelles des combats du 9 .D’après eux ,les allemands avaient subi ce jour là des pertes telles que ,si notre résistance avait pu se prolonger jusqu’à la nuit ,ils auraient du battre en retraite .Se meme qu’à Thann on retrouva quelques blessé .On recueillit également des indications sur des officiers et soldats tués et enterrés a Cernay ,Steinbach et Uffholtz ,entre autre suer les lieutenant Met G.Dans les differents hopitaux de la ville ,on put relever les traces des blessés du régiment que les allemands avaient eu le temps d’évacuer .D’après ces renseignements on peut admettre ,que les combats du 9 et 10 aout donnent un chiffre de 80 tués ,250blessés,et 170 prisonniers ou disparus,ce qui était moins par rapport aux pertes allemande .Celles, ci d’après les documents consultés ,paraissent avoir été 4 fois supérieures  aux notres

 

 

 


 

( 4 juillet, 2014 )

suite 5

Le régiment aménagea donc fébrilement ses positons sur la cote 406 au nord de petite fontaine ,de manière a battre le débouché des bois situé au sud ouest de Mortzwiller.

Comme les fatigues des combats précédents été déjà oubliées ,nos soldats commencèrent à trouver longue la période d’attente ,et se fut avec joie qu’ils recurent l’ordre de marcher en avant,pour reprendre l’offensive en Alsace.Le 14, ils se mirent en marche ,occupant le matin Mortzwiller et,vers midi sentheim.L’avance était prudente ,car l’ennemi était à proximité se retirant sans accepter le combat ,devant la 82ème brigade ,le 352 ème et les troupes alpines du 14ème corps.Le soir, le 1er bataillon recevant l’ordre d’enlever Guevenheim à la baionnette.Dans la nuit obscure on s’approcha du village ,mais l’ennemi venait de l’évacuer et nos soldats y pénétrèrent sans tirer un seul coup de fusil.On retrouva des blessés francais que les allemands avaient abandonnés dans leur retraite.Là ,ainsi qu’à Sentheim les habitants ménagèrent à nos troupes  un accueil enthousiaste et le «  »schaps »local fit bien quelques victimes!Au dessus du village ,nos hommes purent comparer les formidables tranchées que les allemands venaient d’évacuer ,avec des trous pour tireurs a genoux dont ils se contentaient jusqu’ici .Comparaison salutaire et dont ils devaient tirer profit .

Le lendemain le régiment ,déployé en flèche,ayant comme point la lisière Est de Guewenheim ,organisa ses positions de la veille
.Cette offensive differait en effet de la poussée imprudente des premiers jours d’aout .On réquisitionnait des outils dans les fermes et au fur et à mesure des conquetes,on creusait des tranchées pour prévenir tout retour offensif de l’ennemi.Le 16, le 133ème était à gauche de la division et marchait sur Aspach le bas .Tout indiqué une retraite précipitée des allemands.Dans les tranchées que ces derniers avaient établies face à la route ,sur les crètes dominant la vallée de la Doller, des outils avaient été abandonnés .leur  bivouac avait meme  était quitté si hativement ,qu’on y retrouva des manteaux ,des bottes,des équipements de loisirs laissés  sur place.Le régiment organisa une ligne de défense en avant d ‘Aspach le bas Dans toute la région des traces du combat livré le 10 aout  étaient très nombreuses.Le village lui meme qui avait été le centre de la lutte ,avait eu à en souffrir:le clocher et plusieurs maisons étaient démolis .

suite 5

|